Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

telephone 06 09 85 21 86

Prise de RDV Sébastien Hoff

Le SNP, aux côtés du SIUEERPP, de la CGT-UFMICT et de la FFPP, appelle les psychologues à se fédérer pour faire valoir des conditions de soins de qualité pour la population et des modalités de travail acceptables pour la profession.

greve2

Contre les mesures gouvernementales qui nous sont imposées, sans aucune concertation avec la profession, les psychologues revendiquent :

  • le libre accès au psychologue. L'adressage ET/OU l'accès direct permet de favoriser une prise en charge rapide et sans délai.

Le risque de la prescription médicale, dans les conditions actuelles, est lié au fait que le nombre de séances est défini à l’avance, sans évaluation du psychologue seul compétent en la matière. L’évaluation psychologique appartient au psychologue, sa responsabilité professionnelle le rend garant du dispositif de soins qu’il propose, cette évaluation ne relève pas du médecin généraliste. Nous devons garantir l'autonomie de notre profession. La souffrance psychique n'appartient pas au champ médical et des études, anglaises notamment, montrent que le passage obligé par le médecin retarde de plusieurs années la demande de soins. 

La question du remboursement suppose un contrôle de la tutelle de l'assurance maladie (ce qui est normal), raison de plus pour garantir dès le départ les conditions optimales du dispositif de soin au risque de mettre l’action du psychologue dans un cadre qui ne permettra pas de répondre convenablement au besoin du patient (besoin qui reste individuel et qui ne doit pas répondre à un protocole). Nous pouvons également nous inquiéter de la détermination de remboursements au forfait qui contraignent le psychologue à exécuter son travail selon un nombre de séances  imparti, qui s'impose au patient et à lui-même, et qui ne prend pas en compte le besoin possible d'un allongement des soins. Que devient le patient qui ne peut pas prendre en charge seul ses soins au-delà du forfait alloué ? Et comment le psychologue peut accepter déontologiquement cette perspective de précarité des soins qu'il dispense ? Nous ne pouvons pas cautionner de prodiguer des soins protocolisés et payés au rabais.

  • tarification réaliste et décente :

Les conditions matérielles proposées aux psychologues doivent être en phase avec la réalité de leurs charges professionnelles, leur niveau de qualification et les exigences de leur métier (supervision au long cours, formation ...). Ne vous méprenez pas, dans la réalité, l'acceptation dans les conditions tarifaires actuelles implique l'absence de dépassement d’honoraires, l'absence de complément mutuelle, ni de possibilité de reste à charge patient. Notre rémunération, en fonction du régime de cotisations de chacun, sera en deçà de 15€ de l'heure une fois les charges déduites et hors imposition pour une séance payée 30€. Quel psychologue salarié est rémunéré à ce coût là ? Aucun...

Ces conditions matérielles décentes que nous revendiquons pour les libéraux ne visent pas que la sécurité financière de notre profession mais également des conditions permettant aux psychologues de continuer à se former pour proposer des soins de qualité. Nous nous formons sur nos propres deniers dans le cadre de l'activité libérale. Comment le faire avec une rémunération qui ne prend pas en compte cette nécessité ?

  • imposition des méthodes de soins (TCC dans le cadre des troubles neuro-développementaux par exemple ) : cette injonction contrevient au principe du libre choix du patient quant au type de soin qu’il souhaite. Et, elle contrevient également à l’autonomie du psychologue quant au choix des outils qui résulte d’une réponse individualisée à l’évaluation du besoin d’un patient. 
  • danger lié à la réduction des postes en institution : Pas de psychologue mis en concurrence. La prise en charge en libéral ne doit pas se substituer aux accompagnements mis en place dans les institutions. Le travail des uns et des autres et complémentaires et ne répond pas aux mêmes besoins. 

Cabinet Sébastien HOF

sebastien hof

Psychologue (du travail) et Psychothérapeute

48B, avenue Georges Clemenceau
25000 BESANCON

telephone Tel. 06 09 85 21 86

mail Contact Mail

Témoignages

CookiesAccept

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
Copyright © 2021 - Cabinet de Psychothérapie et de Psychologie du Travail Sébastien HOF - Tous droits réservés
Une Création - Mediacom Studio

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !